Le schéma de la démocratie Athénienne

A partir du schéma du fonctionnement de la démocratie  Athénienne il faut bien se rendre compte qu’à partir de 451, Périclès restreignit l’accès à la citoyenneté aux seuls enfants de père et de mère athéniens unis par le mariage pour faire face à l’explosion du nombre de citoyens dû aux unions entre athéniens et métèques, voire esclaves.

Les esclaves et les femmes considérés respectivement comme des biens et d’éternelles mineures, ainsi que les métèques (étrangers) furent exclus de la communauté politique, comme dans la plupart des cités grecques. Cependant, si un métèque non barbare (c’est à dire grec) accomplit de hauts faits pour la cité, il pouvait recevoir à titre exceptionnel et en remerciement de ses actions la citoyenneté athénienne, moyennant finance bien sûr. Une telle décision ne pouvait être prise qu’à la suite d’un vote de l’Ecclésia réunissant 6000 citoyens. On imagine donc sans mal l’importance et la rareté de ces naturalisations.

La naturalisation est l’acquisition d’une nationalité ou d’une citoyenneté par un individu qui ne la possède pas par sa naissance.

 

L’Ecclésia est donc constituée de citoyens, de sexe masculin, ayant accompli l’Ephébie( préparation militaire) et donc capable de défendre Athènes. Ceux-là seuls peuvent jouer un rôle politique: tirer au sort les 500 conseillers de la Boulé et les 6000 membres du tribunal de l’Héliée. Ils élisent les dix magistrats qui sont en fait les réels stratèges de la démocratie puisqu’ils administrent, organisent, jugent et commandent l’armée.